Les frites, c’est chic !

Cuites au four, noyées de mayonnaise ou à côté d’une currywurst… Les frites se dégustent et se déclinent de mille façons. Nous, les Belges, on aime la frite à toutes les sauces et sous toutes ses formes, mais surtout, on aime la frite, un point c’est tout. Ce n’est donc pas un hasard si notre culture du fritkot a été reconnue comme patrimoine immatériel.  Nous avons listé tout ce que vous devez absolument savoir sur ce véritable trésor de notre patrimoine gastronomique. Attention : la lecture de cet article risque fort de vous donner envie… de frites !

La naissance des frites

À l’origine, la pomme de terre vient d’Amérique du Sud, où elle était déjà consommée il y a 400 ans avant J.C. Les Espagnols ont ensuite rapporté la pomme de terre en Europe parce qu’ils avaient bien entendu besoin de denrées à la fois rassasiantes, riches en vitamine C, longs voyages en bateau oblige… (Exit, le scorbut !).

Officiellement, on ignore quelle variété de pomme de terre en particulier aurait servi à préparer les toutes premières frites. Il existe cependant un manuscrit de 1781 dans lequel Jo Gérard (célèbre historien belge) explique que les Belges faisaient déjà cuire des frites en 1680. Ce n’est qu’en 1755 que l’on entendit à nouveau parler de nos frietjes, cette fois-ci, en France. Cependant, la situation était bien différente : en effet, on faisait frire les pommes de terre deux fois et à des températures différentes.

 

Le saviez-vous ?

‘Les vacances d’automne ont été mises en place car les agriculteurs avaient besoin de leurs enfants pour aider lors de la récolte des pommes de terre’.

Le Frietkot, d’hier à aujourd’hui

Tout commence en réalité au XIXe siècle, quelque part dans les rues de Paris. Par la suite, le concept a rapidement fleuri à travers le monde. Aujourd’hui, la Belgique compte quelque 5.000 frietkoten, dont deux fois plus en Flandre qu’en Wallonie.

Who run the world ? Fries !

Il y a fort à parier que les frites figurent au menu dans le monde entier. Mais, bien sûr, chacun les consomme à sa façon. Par exemple, en Inde, on adore les frites façon “finger chips” saupoudrées de chili et de curcuma, au Canada, on vénère la “Poutine” avec du fromage spécial et un nappage à base de gravy et de sauce tomate, et aux Etats-Unis, on craque pour les fameuses “chili cheese fries”. On partirait bien faire le tour du monde, ne serait-ce que pour goûter à toutes les frites possibles et imaginables !

Comment les frites belges sont-elles préparées ?

Les frites belges sont souvent fabriquées à partir de pommes de terre “Bintje”. Elles sont ensuite coupées en lamelles de 9 à 14 mm d’épaisseur, ce qui garantit une belle croûte croustillante et un cœur tendre. Ces pommes de terre sont ensuite précuites, auquel cas on prête une attention particulière au pourcentage de sucre des pommes de terre. Plus elles contiennent de sucre, plus vite elles vont brunir. Après refroidissement (ou congélation), nos frites peuvent pénétrer dans l’huile chauffée entre 170 et 175°C. Le choc de la température permet également d’obtenir la texture croustillante et la couleur jaune doré.

 

Les fritkots les plus appréciés :

Aalst

Aarschot

Anvers

Anvers

Beringen

Bredene

Geel

Heusden-Zolder

Mechelen

La Louvière

Lokeren

Monceau-sur-Sambre

Mons

Nazareth

Niel

Ostende

Louvain

Quaregnon

Saint-Gilles

Wasmes

Bruxelles

Menen

Hornu

Kessel-Lo

 

 

Bon appétit !

 

Sources :  Frietopia | De Patat | VRT | Snack-Nieuws | Immaterieel Erfgoed

 

Comments